Formation préparatoire à l’hivernage, de Chizé à Brest en passant par Montpellier

octobre 10, 2018 jeremydechartre No comments exist

Chizé

17 septembre, la formation débute l’après-midi au CEBC. On se retrouve avec les 4 autres hivernants (Aude, Florent, Tobie et Virgil) et les chercheurs des programmes 109 et 394 nous présentent le planning du stage.

Le temps passé à Chizé est un savant mélange entre activités pratiques et formations théoriques.

On apprend à poser différents appareils électroniques (balises ARGOS, GPS, accéléromètre, GLS…) sur le dos des oiseaux ainsi qu’à effectuer des prélèvements biologiques et des mesures biométriques. On aborde également la programmation des appareils avant leur déploiement puis l’extraction des données une fois ces derniers récupérés.

Indissociable de la récolte d’informations sur le terrain, LES BASES DE DONNÉES !! Il est impératif qu’elles soient robustes, fonctionnelles et dûment complétées, au risque de perdre des informations et/ou d’avoir d’énormes difficultés pour les exploiter et les interpréter. On apprend donc à les utiliser, mais surtout à comprendre comment elles fonctionnaient.

Nos sites d’études étant pour certain dans des zones accidentés, nous sommes aussi formé à utiliser du matériel d’escalade et à maitriser différentes techniques (descente en rappel, remonter sur corde, pose de main courante, mouflage…).

Enfin, une part importante est aussi consacrée à la théorie et à l’organisation de la mission. On alterne entre temps perso pour faire de la biblio sur les espèces de nos districts et des exposés des chercheurs sur le contexte de nos études et les résultats de leurs précédents travaux. On a également la chance de participer à un colloque international, SENSEI (SENtinel of the SEa Ice) et d’assister à plusieurs soutenances de thèse.

Brest

Lundi 24 septembre, le réveil sonne à 6h du mat’ ! J’ai dormi à peine 1h30, je suis dans le brouillard ! J’ai passé mon weekend à capturer des chauves-souris y compris la nuit dernière. Ce matin direction Brest avec les collègues du programme 109 et 394 pour une semaine prometteuse !

Du 24 au 28 septembre, nous étions dans les locaux de l’IPEV à Brest pour le séminaire des hivernants, l’occasion de rencontrer une première fois une petite partie de l’équipe avec qui je me prépare à vivre les 14 prochains mois.

Après un discours d’accueil dispensé par le directeur de l’IPEV, on rencontre l’ensemble du personnel impliqué de près ou de loin dans l’organisation de notre hivernage. Chacun leur tour, ils nous présentent leur mission et nous donne de précieux conseils chacun dans leur domaine.

Les matinées sont consacrées à des exposés scientifiques présentés par différents chercheurs travaillant dans les TAAF (écologie, glaciologie,…) alors que les après-midi sont orientées sur des activités pratiques (formation incendie, visite d’Oceanopolis…).

Chaque soir nous nous retrouvons au « Relais du vieux port », un excellent restaurant qui comme son nom l’indique se trouve sur le vieux port du Conquet. Les tablées sont grandes et les repas animés par près d’une soixantaine de personnes, toutes plus motivées les unes que les autres par l’aventure à venir. Puis nous rentrons, le ventre bien plein et de plus en plus motivés par les différentes discussions du repas, jusqu’au village vacances où nous sommes logés situé à peine à 10 minutes à pieds.

Montpellier

Pour bien enchaîner avec la semaine à Brest, je repars dès le dimanche 30 septembre direction Montpellier pour une formation de deux jours sur l’autopsie et les diagnostiques de mortalité de la faune sauvage. Des 5 VSC des programmes 109 et 394, je suis le seul à y participer car il y a d’importants problèmes de mortalité d’Albatros à bec jaune sur Amsterdam.

Condensée est la formation ! Je dois intégrer une importante masse d’informations théoriques avant de passer quelques heures à la pratique. Loin d’être un pro pour le moment, j’ai désormais de bonnes bases pour pouvoir en réaliser moi-même et surtout pour assister mon collègue VSC Augustin. Hivernant pour le programme ECOPATH porté par le CEFE de Montpellier, il interviendra essentiellement sur les colonies d’Albatros à bec jaune afin de mieux cerner les causes de mortalité et de confirmer certaines hypothèses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *